Marche à la mémoire des milliers de victimes en mer

Marche à la mémoire des victimes en mer/© MIB

Dans l’après-midi de ce mercredi 23 février, plusieurs centaines de personnes ont marché dans les rues de Mamoudzou, capitale de l’île de Mayotte,   à la mémoire des milliers de noyés en mer. La marche qui a été organisée par la CIMADE Mayotte, le RESFIM (Réseau Éducation Sans Frontière Ile de Mayotte), FSU Mayotte (Fédération Syndicale Unitaire) et  de SUD Éducation Mayotte a débuté devant la MJC de Mamoudzou et a pris fin  au parvis du Comité de Tourisme avec la mise à l’eau d’un cercueil et un lancer de fleurs.

En plus de la dénonciation du silence qui a autour des noyés en mer, les manifestants exprimaient leur hargne vis-à-vis du Vice-rectorat et des policiers en brandissant des photos d’élèves expulsés du territoire mahorais. Et parmi les élèves sur les photos, il y en a un qui a perdu la vie en voulant retourner à Mayotte en kwassa-kwassa.

Depuis 1995 date à laquelle  le visa Balladur a été imposé aux Comoriens désirant se rendre à Mayotte le nombre de victimes en mer se compte par milliers. Et à Mayotte pour gonfler le chiffre des sans-papiers français expulsés en France les atteintes aux droits et aux lois sont flagrantes.

 

The following two tabs change content below.
Adjimaël HALIDI
a collaboré au magazine économique mahorais Horizon Austral , à l’hebdomadaire Mayotte Avance , au quotidien La Gazette des Comores et à l'Agence de presse HZK-Presse.

Une réflexion au sujet de « Marche à la mémoire des milliers de victimes en mer »

  1. Alexandr dit :

    Les revendications des français mahorais sont légitimes. Arrivée depuis un an à Mayotte et en provenance de la côte d’azur j’ai constatée que les prix des terrains, de l’immobilier et des locations sont exorbitant compte tenu des infrastructures et des revenus encaissées par la grande majorité des habitants. A qui profite ces euros ? certainement pas à la population qui vit sous des tôles et dont les conditions d’hygiène sont déplorables. Ils ont raison de hurler leurs colères, je suis pourtant partisan à moins de provocations du côté des gladiateurs et du côté des manifestants. Il ne faut pas oublier que les élus mahorais ont le talent de s’enrichir sur le dos des subventions françaises et en ne cherchant pas à subvenir aux vrais besoins. Comme à Wallis et Futuna où j’ai vécu en 2005, la FRANCE a le talent d’acheter la complicité des élus pour laisser le peuple dans sa misère. Français de Mayotte choisissez mieux vos élus et suivez de près les affaires économique de votre île. De plus sur ce petit territoire vit une quantité énormes de sans papiers qui eux s’ils se révoltent n’auront plus rien à perdre, tant que leurs vies sont faites de misère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *