Une lettre de Karis Muller à Saïd Ahmadi Raos , politicien mahorais

Marche à la mémoire des victimes en mer/© MIB

Marche à la mémoire des victimes en mer/© MIB

Monsieur le President,

Je suis associée au Centre d’Etudes européennes à l’Université nationale australienne, Canberra. Je termine un article sur Mayotte en tant que membre d’une équipe universitaire internationale basée à Copenhague. Nous travaillons chacun sur un « Outre-mer ». Après un an de recherches sur votre ile il me reste quelques lacunes ou questions, des contradictions apparentes aussi, qui me rendent perplexes. C’est pourquoi je vous serai bien reconnaissante si vous pouviez corriger mes erreurs éventuelles de perception ou de fait, svp. Il va sans dire que je vous remercierai officiellement dans mon texte si vous pouvez éclairer ma lanterne un peu.

Voici ce qui me tracasse encore.

1.Des Mahorais disent ne pas avoir été au courant des changements à venir après avril 2011/la Rupéisation. Pourtant le Préfet leur a écrit, (traduit en 3 langues), et il a tenu des réunions aussi, pour leur expliquer les enjeux… ?

2.Selon la police des frontières, un visa pour visiter Mayotte coûte très peu, est disponible à Anjouan maintenant, à Grande Comores aussi. Ainsi les Comoriens (sauf p.e. à Mohéli ?) n’ont pas besoin de payer une place de kwassa kwassa. Je voudrais donc savoir svp : ceux que veulent visiter Mayotte, pas y vivre, prennent-ils le ferry ? Car il me semble que le ferry coute env. € 80 aller-simple, env. 150€ aller-retour ? Tandis que le kwassa coute 150€ ou plus, aller simple. Conclusion, si je comprends bien : seul les immigrés potentiels (‘clandestins’) prennent le kwassa ? Sauf que s’il y a beaucoup de difficultés à prouver par ex. qu’une dame veut assister à un mariage familial, etc. ? Il est difficile de prouver qu’on n’est pas un immigré illégal potentiel ? dans ce cas, ne pouvant pas se déplacer légalement elle a recours au kwassa ?

3.J’ai lu des histoires selon lesquelles souvent un Mahorais est expulsé parce qu’il n’a pas ses papiers sur lui (pour ne pas parler de ceux, âgés, qui n’ont pas de papiers.) Mais la Police dit que jamais une personne n’est déportée sans qu’elle ait le temps d’aller chercher ses papiers… ?

4.Vu que le registre civil est défectueux, il y a beaucoup de Mahorais sans papiers, expulsés ; ces personnes peuvent-ils demander ensuite la compensation, car ils doivent ensuite payer le voyage de retour ? Et quid pour les dédommager, le stress causé etc. … car cela doit être illégal ?

5.Pourquoi cette absence de structures d’accueil à Anjouan pour assister les gens expulsés, (ce sont quelquefois des Mahorais) ? D’accord les Comores ne veulent rien faire parce que la frontière est illégale selon eux ; mais l’UE ? Les ONG ? Les groupes religieux ?

6.Les Comores dénoncent le colonialisme, mais dans ce cas pourquoi rester dans la zone euro ? Et, vu qu’ils sont dans la zone euro indirectement, comment se fait-il que les Comores soient si pauvres ? Car la raison pour laquelle les pays des 2 zones CFA y restent, au lieu de militer pour l’afro continental, c’est bien parce qu’une monnaie stable aiderait leur économie…

7.Les Français répètent que les Mahorais ne veulent pas réintégrer les Comores en partie parce que leur niveau de vie est entre 8 et 10 fois supérieur à celui des Comores. Je trouve cet argument faux ; les ‘clandestins ‘ doivent subir un rude choc, car d’une part le taux d’échange ne veut rien dire. D’autre part, le pouvoir d’achat n’est pas comparable. Je lis que les pauvres d’Anjouan vivent de 75 cents env. par jour, mais les touristes n’y voient pas des gens en train de mourir de faim. Au contraire leurs récits de voyage parlent de gens souriants etc. Tandis qu’à Mayotte les prix sont au moins 30% plus élevés qu’en Metropole, ainsi une type ayant par ex. 1 € par jour à Mayotte mourrait vite. Donc ils sont pauvres aussi, autant qu’à Anjouan etc. D’ailleurs les touristes disent que les Anjouanais, sans eau courante ni électricité etc., sont plus heureux que les Mahorais.

8.Pourtant, si cela était vrai, pourquoi tous ces candidats à la traversée vers Mayotte ? Parce qu’ils pensent que Mayotte c’est l’Eldorado ? Mais une fois un boulot décroché, ils y gagnent très peu, et vu les prix élevés, doivent vivre très chichement ? Dans ce cas, pourquoi ne disent-ils pas à leurs compatriotes, ne risquez pas ce voyage dangereux, cela ne vaut pas la peine ?

9.Les clandestins vivent dans des taudis, tous ensemble. Il me semble que la police ne fait pas de descente toutes les nuits pour les dénicher et les expulser ? Puisque tous savent où ils sont, et la population se plaint de ce que la police ne fait rien, ils n’ont qu’à bien faire leurs razzias pour satisfaire aux attentes des Mahorais ? Il y a donc collusion ?

Je vous remercie de votre aide, M le President, et vous prie d’excuser mon ignorance. Vous etes le premier politicien de Mayotte qui ne parle pas la langue de bois. Veuillez agréer, Monsieur le President, ma gratitude sincère,

Karis Muller, chercheuse.

The following two tabs change content below.
Adjimaël HALIDI
a collaboré au magazine économique mahorais Horizon Austral , à l’hebdomadaire Mayotte Avance , au quotidien La Gazette des Comores et à l'Agence de presse HZK-Presse.