Wenka renga

KAWENI enfin dans la république ?

Wenka renga

Pour qu’il y ait éducation, il faut qu’il y ait en présence une génération d’adultes et une génération de jeunes, et une action exercée par les premiers sur les seconds. Il nous reste à définir la nature de cette action.

Emile Durkheim

Ouvrez des écoles, vous fermerez des prisons

Victor Hugo

 

Kawéni c’est avant tout deux mondes diamétralement opposés : une zone industrielle et un bourg aux allures de township. Réputé zone sensible et considéré comme étant le plus important bastion de sans-papiers français, les paniers à salade s’y rendent de tout temps. Reclus, discrédités, muselés se croient par le fait les jeunes de Kawéni. Ceux-là mêmes qui composent à eux seuls le 1/3 de la jeunesse mahoraise. Par ailleurs, Mayotte a le pourcentage de jeunes le plus élevé de tous les territoires français puisque 56% de sa population totale a moins de 20 ans. Cependant, derrière cette image négative que d’aucuns donnent  de Kawéni se cache une jeunesse forte et décente qui tente par tous les moyens de relever la tête.  Invitation à une plongée vertigineuse dans les arènes du bourg le plus complexe de Mayotte.

Manga-télé. 8h30. Housnou, 22 ans, et un groupe d’amis sont assis sous l’arbre à palabres. Housnou nous explique : « J’ai bien conscience que nombreux sont les gens à Mayotte qui n’aiment pas Kawéni. D’ailleurs, on est partout étiquetés délinquants ». « Même à l’école, on est mal vu. Par conséquent, on est renvoyé très tôt de l’école. Les professeurs n’ont que faire de la légalité, ils cherchent toujours la petite bête pour nous mettre à la porte. Les plus lésés sont ceux qui ont des parents qui sont en situation irrégulière. Comme ils espèrent régulariser leur situation grâce aux études, à leurs diplômes, et étant donné qu’une fois inscrit à un établissement scolaire on est inexpulsable, les professeurs font tout pour qu’ils deviennent des proies pour les gendarmes. » rajoute Saïd, âgé de 16 ans.

Au sénat, à l’entrée de Kawéni, Bolka, 19 ans, cheveux tressés, habillé comme une star de rap américaine, fait le pied de grue. Il raconte sous l’emprise de la frustration : « Quand on est jeune, renvoyé de l’école à 16 ans, et tout le temps en manque de liquidité, on n’a pas d’autre choix que voler. Tel est le système. » « Moi j’ai un CAP. Et j’ai cherché du travail sur le marché de l’emploi. En vain. Du coup, chaque après-midi, je me rends, comme beaucoup de jeunes de mon âge, sur le parking devant la SNIE de Kawéni où je noie mon chagrin dans l’alcool et me sers de la drogue comme exutoire. Et le soir venu je vais dévaliser les industries, les magasins et les maisons de tous ceux qui ont fait de ma vie un enfer. » conclut Bolka.

Sidi Nadjaydine est un enfant du pays. Il est fonctionnaire de la Direction de la Jeunesse et Sport du Conseil général. Et d’après lui «  les jeunes de Kawéni sont désœuvrés puisqu’ils n’ont ni plateau sportif ni Maison de la Jeunesse et de la Culture en tant que tels.  Le seul plateau sportif disponible à Kawéni est trop petit pour accueillir tous les jeunes du village. Il y a un temps, on a voulu faire une extension du plateau mais le terrain pour construire a fait défaut. En plus, bien que Kawéni accueille toutes les industries de Mayotte, il se trouve que le village enregistre un taux de chômage des plus importants. Et c’est inadmissible. Nos jeunes ont assez souffert de ce supplice de Tantale. Et si parfois, un des nôtres commet une déviance, casse une voiture ou cambriole une maison, c’est pour tout simplement dire qu’il en a marre de faire du lèche-vitrine. Êtes-vous au courant que dès qu’un CV est marqué Kawéni, il est directement mis de côté. Effectivement la mauvaise image qui nous colle à la peau  ne joue pas en notre faveur. » « Cette image erronée qu’on donne de Kawéni prend ses origines à l’époque où les habitants de Mamoudzou avaient leurs champs à Kawéni aux lieux-dits Majimbini, Kafeni, Pvilipvilini. En fait, quand les habitants de Mamoudzou se rendaient à leurs champs, les enfants de Kawéni, comme font tous les enfants du monde d’ailleurs, les taquinaient. Mais au jour d’aujourd’hui ces temps-là sont révolus. Autres temps, autres mœurs. Nos enfants se sont assagis. Néanmoins, ces mauvais souvenirs restent gravés dans les subconscients des habitants de Mamoudzou.  Aujourd’hui par contre comme il y a trop d’étrangers en situation irrégulière à Kawéni, à chaque descente des gendarmes, des enfants se retrouvent sans parents, sans repères. Donc pour survivre, ces jeunes sont obligés de se regrouper en bande et devenir en fin de compte des délinquants. » nous a appris Djamal, agent de la Mairie de Mamoudzou.

Pour relever l’image de Kawéni, une association s’est créée il y a deux ans.  L’association porte le nom de Wenka Culture. «  L’association Wenka Culture organise une remise de prix chaque année. Baptisé « La Nuit des Diplômés », nous remettons au cours de cet événement des cadeaux et des attestations de réussite à tous les jeunes fraîchement diplômés de Kawéni. Et nous avons remarqué que l’événement a un impact très positif sur les jeunes et leurs parents. Puisque ces deux dernières années, à chaque examen organisé sur le territoire, les pourcentages des jeunes diplômés de Kawéni surpassent ceux de tous les autres villages. Dommage qu’à chaque fois qu’on invite l’équipe de la radio et télévision Mayotte 1ère à venir couvrir l’événement elle ne vient jamais. Par contre, dès qu’il y a une bagarre, une grève, elle est la  première à être sur place ». nous a confié Ali Amassi alias Sakho, secrétaire de ladite association. En effet, les jeunes de Kawéni ont compris le mécanisme de l’effet Pygmalion visant à influencer l’évolution d’un élève ou d’une personne en émettant une hypothèse positive sur son devenir ( scolaire) .

Toutefois, depuis quelques temps, les gémissements de la jeunesse de Kawéni commencent à être entendus par les autorités françaises. No man’s land a pu prendre contact avec le sous-préfet délégué à la cohésion sociale et à la jeunesse M. Grégory KROMWELL : « En allant visiter Kawéni, nous nous sommes rendus compte qu’il y en a déjà une MJC, mais elle est complètement abandonnée. Elle est devenue un dépôt d’ordures. L’ État va  réhabiliter la MJC par l’intermédiaire d’un chantier école. C’est-à-dire nous allons remettre le bâtiment en état en collaboration avec les jeunes de Kawéni. Ce sont les jeunes eux-mêmes qui vont dire ce qu’ils veulent faire du bâtiment. Parce qu’il ne suffit pas d’avoir un bâtiment, une MJC, il faut surtout une vie culturelle autour ».

Et les autorités françaises ne comptent pas s’arrêter à une réhabilitation de la MJC de Kawéni. Elles ont à vrai dire fait d’une pierre deux coups après leur visite dans le village. Elles ont fait intégrer Kawéni sur la liste des secteurs pilotes d’où interviendra sous peu de temps les PEL. « Les PEL, c’est un dispositif d’accompagnement des communes pour les aider à construire une vraie politique de la jeunesse. Le projet se base sur ce qui existe déjà et associe tous les intervenants éducatifs ou sociaux. En particulier, nous associerons la parole des jeunes. Ce seront les jeunes eux-mêmes qui expliqueront ce qu’ils veulent vraiment. Dans la ville de Mamoudzou, nous avons ciblé un certains nombre de quartiers. Et nous avons fait intégrer Kawéni dans la liste  puisque c’est un quartier démuni et qui a toujours été délaissé. Pourtant c’est à Kawéni où se trouve une population de jeunes très importante. » a conclu M. Grégory KROMWELL.

Yssouf Rosette est chargée de mission au projet PEL. Elle nous explique : « Les PEL s’adressent aux jeunes de 0 à 28 ans des secteurs ci-nommés : M’gombani, Passamainty, Kavani et Kaweni. Et grâce aux PEL chaque problématique aura une réponse. Parce qu’avec des activités scolaires et extrascolaires, les PEL répondront à des besoins réels, notamment l’insertion professionnelle, la lutte contre l’illettrisme et l’analphabétisme, la prise en charge des enfants isolés, la prévention de la délinquance, l’éducation à l’environnement et à la citoyenneté, etc. En somme, les PEL (Politiques Educatives Locales) auront pour mission de mieux coordonner sur le plan territorial l’ensemble des actions et interventions éducatives en faveur de l’enfance et de la jeunesse. »

Il est à noter qu’il n’y a que la moitié des élèves scolarisés à Mayotte qui atteint la 6e et ce n’est que 16 % des bacheliers qui parviennent en 2ème année à l’Université. Et après s’être entretenus avec certains intellectuels mahorais, nous sommes arrivés à la conclusion suivante : l’école d’expression française à Mayotte est inadaptée aux situations et aux besoins réels des Mahorais. Puisque elle ne prend pas en compte la réalité socio-économique de l’île  ni ne prend racine dans ce qui forme l’identité culturelle et traditionnelle des Mahorais. En effet, la rapidité des changements socio-économiques actuels, les progrès précipités en matière d’infrastructures  et de technologies font perdre les repères socioculturels à de nombreux jeunes dont certains se retrouvent soit à la rue en devenant des inadaptés sociaux soit en prison.

Par ailleurs,  l’école doit viser sur le long terme. Elle doit essentiellement insérer l’élève dans son milieu naturel. Tout en l’aidant  à faire face aux défis de son temps, elle doit aussi toujours lui permettre d’être à jour à chaque transformation de sa société. De Socrate à Freinet en passant par Rousseau, l’éducation a toujours été perçue comme une sorte d’outil au service de la survie.  Cela dit, l’éducation doit assurer les meilleures chances à chacun de nous. Elle doit déclencher en chacun de nous les principes de la démarche scientifique, le besoin permanent d’une recherche constante et un esprit critique face au monde qui nous entoure. En somme, l’école moderne doit permettre à chaque membre des  différents groupes ethnolinguistiques de Mayotte et du reste de l’archipel des Comores d’influer sur son propre destin en suscitant chez lui des initiatives et des créations, individuelles et communautaires. Mais tout cela ne peut se faire sans une valorisation de la langue maternelle. Puisque c’est grâce à la langue de la mère, des premiers mots, des premières appellations, des premières réflexions,  des premières émotions que l’enfant développe ses capacités cognitives.

Notre équipe tient à rappeler qu’il est temps que les vrais acteurs de l’éducation des jeunes à Mayotte soient identifiés. Et une honnête identification ne peut se faire sans une comparaison entre éducation et instruction. Les jeunes mahorais, du moins ceux d’antan, ont toujours eu, avant de fréquenter l’école d’expression française, l’éducation de leurs parents et de leur maître du Coran. Dès le plus jeune âge, ces éducateurs traditionnels éduquaient les enfants à discerner le bien et le mal, à avoir du respect pour les grandes personnes et avoir des attitudes de tolérance, de justice et de solidarité.

Enfin, notre équipe a remarqué qu’à Kawéni, les enfants dont les parents arrivent à concilier traditions et modernités, éducation et instruction, s’en sortent facilement à l’école et s’épanouissent pleinement dans la vie, étant donné que ces parents  encadrent et soutiennent des enfants qui les écoutent et les respectent. Ce qui n’est pas effectivement le cas pour bon nombre de parents de Kawéni qui  croient que scolariser un enfant suffit ; que l’école du muzungu,  l’Européen, peut tout faire. En somme, il existe à Kawéni comme dans le reste des villages de Mayotte un conflit intergénérationnel aigu qui fait que parents et enfants ne communiquent plus. Beaucoup de jeunes sous-estimant et rejetant leurs parents qui sont pour la plupart pauvres, non francophones et analphabètes, et qui deviennent malgré eux des inadaptés sociaux.

Mayotte …au rendez-vous du porno international

« Car, qu’est-ce qu’un peuple ? Un peuple est une population .C’est pour moi la même chose. Mais le peuple, c’est la population consciente d’elle-même. Consciente de son histoire, consciente de sa culture, consciente de sa dignité. Et c’est ça qui devient un peuple. La population devient un peuple par un processus de conscience. Laquelle conscience se conquiert au fur et à mesure que les peuples brandissent leur fierté, leur propre reconnaissance. »

Aimé Césaire.

Ce n’est un secret pour personne, la population de Mayotte est musulmane à 95 %. La plupart des Mahorais, avant de fréquenter l’école d’expression française, doivent nécessairement passer à l’école coranique dès l’âge de 4 ans pour être initié à l’alphabet phonique arabe et à la lecture du coran. D’ailleurs, pour ne pas vexer les Mahorais, l’Etat français a, pendant qu’il interdisait le port de signes religieux dans les milieux scolaires à l’hexagone, permis le port du voile à Mayotte ; prétextant que le voile mahorais est culturel et non pas religieux : les femmes zanzibarites grinceront sûrement des dents en entendant ce truisme, elles dont les aïeules ont emboîté le pas aux femmes voilées venues d’Hadramaout. Néanmoins, au lendemain du vote pour la départementalisation de Mayotte, les chefs religieux sont convaincus de tomber de leur piédestal, de ne plus avoir voix au chapitre. En ce samedi 23 octobre, quand les cadis et autres musulmans de Mayotte se sont réunis à la Maison des Jeunes de Mamoudzou, sise au quartier Mgombani,  pour parler de l’avenir de l’Islam sur leur île, No man’s land a profité de l’occasion pour recueillir les avis des religieux et autres citoyens sur le spectacle érotique de la n°1 du X français, Katsuni, qui aura lieu ce 6 novembre à la discothèque le Koropa. Reportage.

La porno-star française Katsumi

La porno-star française Katsumi

 « C’est grave. Ce spectacle doit être interdit à Mayotte. Mayotte est une terre musulmane, la population doit se soulever contre des pratiques de ce genre. D’ailleurs, un hadith du prophète interdit à la femme de montrer sa nudité à une personne autre que son époux. Nous allons faire des invocations… peut-être même investir les rues pour dénoncer ce spectacle. Et sûrement les Mahorais qui ont  foi dans l’Islam vont se joindre à nous. » nous a appris Mouridi Halidi, cadi de Sada. Pour Ibrahim Souleïmane « ce spectacle est contraire à notre religion musulmane. Des orgies pareilles existent déjà à Mayotte, mais se font en cachette. Mais faire venir carrément une professionnelle du porno à Mayotte et inviter des gens à aller la voir est inadmissible. C’est un virus qui risque de se propager dans toute l’île. »

 Après les religieux, nous avons aussi interrogé le citoyen lambda. « Les mahorais veulent être département. Ils doivent accepter les lois qui vont avec le département. Mayotte ne sera pas un département musulman, il sera un département comme les autres. » nous a dit Patrice Roux, qui est responsable d’usine. Pour Gabriel qui est artisan « à Mayotte, on est Français avant tout. C’est vrai que la majorité de la population est musulmane, mais la France n’est pas musulmane ». Pour Stéphane qui est barman «  Mayotte a voté département donc elle doit accepter les lois de la république, la laïcité y compris. Toute culture a droit à une ouverture d’esprit. Koropa est un endroit clos et privé. Et personne n’est obligé d’aller voir ce spectacle. »

 Pour Saïd Soilihi, qui est enseignant au collège de Doujani, « c’est bien qu’un spectacle pareil soit fait à Mayotte. Il faut que les jeunes grandissent d’une manière ou d’une autre. Ces pratiques vicieuses vont de pair avec la situation actuelle de Mayotte. Cette orgie va aveugler davantage cette jeunesse sacrifiée, détruire l’avenir de Mayotte. Les jeunes mahorais ne sont pas avertis, n’ont pas l’esprit critique, ils vont adhérer facilement… ». Djamal est chargé d’exécution des marchés scolaires et selon lui « les jeunes mahorais ont tourné le dos à leurs traditions. Et cela est lamentable. A force de se tourner vers tout ce qui est moderne, les jeunes n’ont plus le temps de réfléchir parce qu’ils n’ont plus de repères. Ils sont incapables de séparer le bon grain de l’ivraie. Raison pour laquelle, ils se laissent influencer facilement. Et rassurez-vous que la mention qui est  apposée sur le dépliant «  EXCLUSIVEMENT RESERVE AUX ADULTES CONSENTANTS» est un miroir aux alouettes. Puisque ce qui fait la réputation du Koropa, c’est les mineures de 15-17 ans… ».

 Pour Bacar Ali Boto « par rapport à la religion, c’est interdit. Devant les lois traditionnelles, c’est une mauvaise chose. Mais il ne faut pas oublier qu’à Mayotte on vit en démocratie. Chacun de nous a le droit de faire ce que bon lui semble à condition que ça ne dérange autrui. Ce spectacle aura lieu dans un endroit clos et privé, alors pourquoi pas. Moi personnellement je n’irai pas à ce spectacle, mais je ne peux pas empêcher les autres de ne pas y aller ». « J’ai vécu un peu partout dans le monde. Et je suis marin. Et il ne faut pas oublier que le métier de marin et la prostitution font partie des plus vieux métiers du monde. Toutefois, si Mayotte est un pays super musulman, ce n’est pas bien de faire un spectacle pareil ici. Si Katsuni vient juste pour visiter l’île, ce n’est pas un problème. Mais si elle vient faire des spectacles de folie, là c’est grave. C’est une insulte aux gens d’ici, moi non plus je n’accepterais pas qu’en Belgique on se mette à faire de la drogue dans les rues. » nous a affirmé Ray , qui est Belge . « Mayotte est un pays où il y a un brassage de population. Et moi je suis pour le multiculturel. Mais des spectacles de cette envergure vont inciter les jeunes à se prostituer. Et département ne veut pas dire se porter à la débauche. Même la culture judéo-chrétienne des Français interdit ces pratiques vicieuses qui banalisent la femme, la réduisent à quelque chose de sans importance, la rabaisse. » nous a appris Mondroha Saïd Ali, qui travaille au bureau Justice musulmane du Conseil général de Mayotte.

 Geneviève Klaver nous fait part de ses sentiments : « En tant que femme et  mère de famille, je suis choquée que mon fils âgé de 12 ans ait accès à des images pornographiques, dégradantes pour la femme, en allant tout simplement acheter son pain à la boulangerie. Là, je fais référence à cette plaquette censée annoncer les événements de la semaine à Mayotte et que l’on peut trouver un peu partout. Annoncer ce genre de spectacle, pourquoi pas, mais l’illustrer par de telles photos, c’est inacceptable. Il n’est pas là question de culture ni de religion, mais de valeur morale, bien loin de celle que je tente d’inculquer à mon fils, tout comme beaucoup de mères, j’imagine.»

 Pour Papajan, qui est artiste peintre, « sur l’échelle des vices, les strip-teases sont moins graves que les débauches alcooliques. Dans une île comme Mayotte, où l’on propose aux consommateurs un grand choix de produits… ». Loin de vouloir enfoncer le clou, il est à noter que le Qatar et Dubaï sont des terres musulmanes, pourtant les étrangers qui y vivent ont le droit de construire des églises, des synagogues … Pour rafraîchir les mémoires, il ne faut pas oublier que la liberté des uns commence là où s’arrête la liberté des autres. En somme,  les Mahorais doivent marcher dans le sillage des Qataris et des Emiriens quant au respect des choix et des religions des autres. Ils doivent être tolérants en un mot. Et les exemples à ne pas suivre sont ceux de la Suisse qui interdit les minarets et de la France qui ôte le voile à ses citoyennes. « Pour moi, il faut respecter la spécificité culturelle de l’île, je ne dis pas religieuse, mais bien culturelle, c’est-à-dire que ce genre d’évènement peut se produire, mais dans un espace clos et privé. Par contre, afficher des fesses dans un dépliant disponible partout et accessible à tous me paraît choquant par rapport à la culture de Mayotte. On parle de départementalisation adaptée et ce doit être le cas, Mayotte n’est pas l’Auvergne ni la Bretagne. Tout ça, c’est du pain béni pour les djaoulas. » nous a confié Fred, animateur de l’émission la 7ème vagues à la radio Kwezi FM. .

 En effet, la démocratie est d’abord  un contrat social. Et en démocratie, c’est la majorité qui fait la loi. Maintenant il reste à savoir ce que pensent tous les Mahorais du spectacle de Katsuni. Toutefois, Aimé Césaire a forgé au milieu des années 40 l’expression départementalisation progressive et adaptée, parce que lucide. Il savait désormais que les changements brusques et précipités peuvent avoir des impacts négatifs sur les sociétés. Reste à savoir combien de jeunes inadaptés sociaux ont fait la perte des repères socioculturels à Mayotte ces dix dernières années.  Néanmoins, soucieux de conserver la culture et le mode de vie des Mahorais, l’Etat français a proposé aux Mahorais un département progressif et surtout adapté à la réalité, aux spécificités et aux particularités de la société mahoraise. Une proposition qui n’est pas bien vue par beaucoup d’élus mahorais à l’instar du député Abdoulatuf Aly qui, lui, demande un département muhakaka : un département qui ressemble comme deux gouttes d’eau aux départements de la France hexagonale et des autres Dom. Ce qui est sûr, c’est que l’entêtement de certains élus aura un effet boomerang, si jamais les Mahorais ne se réveillent pas dès à présent … parce qu’il est encore tôt. Et pour ceux qui disent qu’il  est tard, qu’ils sachent que mieux vaut tard que jamais.

 Katsuni, anciennement appelée Katsumi, est une actrice de films pornographiques franco-vietnamienne née en 1979 à Lyon.  Après des études Politiques et de Lettres Modernes, elle s’oriente vers les films pornographiques. Elle vit entre la France et les Etats-Unis où elle fait partie des actrices les plus cotées du cinéma X américain. Elle a tourné dans une cinquantaine de films à gros ou petit budget et a reçu plus d’une trentaine de récompenses internationales. En 2006, elle se fait poser des implants mammaires, et la taille de ses seins est passée de 85 B à 90D. En France, elle a été invitée à des émissions de France-Télévision comme ON EST PAS COUCHE ou CE SOIR OU JAMAIS. Et sur le câble, elle anime aussi une émission de Manga pour adulte (connus sous le nom d’ Hentaï au Nippon )sur la chaîne musicale MCM, et a participé au clip du rappeur Doc Gynéco Funky Maxime. A Mayotte, Katsuni mettra surtout en avant ses performances de show-girl, en interprétant une partie de strip-tease sur la scène de la discothèque le Koropa. Elle fera également la promotion de sa marque de lingerie Petit cœur. Elle parlera aussi de sa carrière, des prouesses de la chirurgie plastique, des prothèses et signera des autographes. Une boutique de sex toy sera mise à la disposition des clientes.