« Personne n’ignore qu’entre Anjouan et Mayotte, il y a un bras de mer qui est devenu un cimetière »

Question : Depuis la réouverture du consulat de France à Anjouan, au début du mois de janvier dernier, le taux d’obtention de visas s’élève à 98 %. Ce chiffre explique-t-il une ouverture des frontières ? Pourquoi avoir attendu aussi longtemps ? Et qu’est-ce qui a vraiment motivé cette décision ?

Fréderic de Souza : Anjouan a connu par le passé une période un peu mouvementée. Nous étions obligés de fermer le consulat. Aujourd’hui, la stabilité est revenue. Dans le souci de pérenniser les rapports, de conserver les bonnes relations entre la France et les Comores, notre premier acte était d’ouvrir le consulat, qui répond à une véritable demande de la part des Anjouanais. Les Anjouanais devaient aller à Moroni où ils passaient des mois pour un visa. Imaginez les dépenses qu’ils étaient amenés à faire. La réouverture du consulat est un signe plus qu’amical. Il y a aussi une question humanitaire essentielle. Personne n’ignore qu’entre Anjouan et Mayotte, il y a un bras de mer qui est devenu un cimetière. Des gens qui cherchent à entrer à Mayotte à bord de kwassa y périssent. Et pire, il y a des gens qui profitent de ces traversées sans issue. Nous voulons juste permettre aux gens d’aller à Mayotte légalement. D’ailleurs quand on allait ouvrir le consulat on s’attendait juste à 3 à 6 personnes par jour. Et quand je vois ces 90 à 100 personnes qui se présentent tous les jours au consulat pour demander un visa, pour moi c’est un grand contentement.

Frédéric de Souza, consul de France à Anjouan, de janvier 2009 à mai 2010.

Frédéric de Souza, consul de France à Anjouan de janvier 2009 à mai 2010.

Question : Certains estiment que la réouverture du consulat et le taux élevé d’obtention de visas  sont deux mesures pour éviter qu’il ait une rupture du dialogue entre les Comores et la France au lendemain du référendum du 29 mars à Mayotte.

F.S. : Rien à voir. Le référendum est dans l’emploi du temps depuis très longtemps. C’est dans un esprit de bonne volonté qu’on a ouvert le consulat. Je ne me mettrais pas à faire tout ce que je fais si on devait fermer. D’ailleurs la réouverture du consulat représente une somme très importante qui s’élève à plus de 100 millions de francs comoriens.

Question : Quels critères tenez-vous compte pour donner suite favorable ou défavorable à une demande de visa ?

F.S. : Il faut bien comprendre que le consulat à Anjouan n’applique pas la réglementation en vigueur pour le visa. Avant mon arrivée, le demandeur devait présenter une quarantaine de documents. Il devait justifier son état civil et sa fonction. On a réduit la liste de 40 à 3 documents indispensables. Et parmi ces trois documents, la base du dossier est l’attestation d’accueil. Et nous donnons suite défavorable à une demande de visa si les documents présentés ne sont pas authentiques ; ou si, par simple déclaration, le demandeur nous a fait comprendre que son intention n’était pas de revenir.
J’essaie d’établir une relation de confiance. Je demande aux demandeurs de visa qui partent à Mayotte soit pour un mariage, soit pour des affaires, soit pour rendre visite à la famille, de revenir à la fin de leur visa. Et de bien respecter ce contrat moral. Et s’ils n’honorent pas leur engagement, ils seront recherchés et retrouvés par la PAF (Police aux Frontières). Et la confiance est rompue.

Question : Peu d’Anjouanais à Mayotte ont la nationalité française. Et ceux qui n’ont pas des parents, des proches, qui peuvent les héberger, que doivent-ils faire pour se rendre à Mayotte ?

F.S. : En fait, ce qui prouve qu’on n’a pas l’intention de fermer le consulat c’est qu’on cherche par tous les moyens d’influencer les gens à venir faire des demandes de visa. Les gens de Nyumakélé surtout. Puisqu’ils sont nombreux à partir à Mayotte à bord de kwassa et croient qu’ils ne peuvent pas fournir les documents requis. Mon cheval de bataille c’est d’influencer les gens. Je me déplace dans le Nyumakélé de temps en temps, pour voir les mairies et pour leur expliquer comment les gens doivent faire pour avoir un visa. Dans le souci d’influencer le plus de candidats possible ? Je suis même allé à la RTA (Radio télévision Anjouan) et j’ai accordé une interview à des journalistes de l’ORTC.
En ce qui concerne la question de la nationalité, permettez-moi de vous dire que ce ne sont que des rumeurs. On n’est pas obligé d’avoir la nationalité française pour héberger quelqu’un. Dès que la personne est légale et responsable, il peut le faire. Parce que si la personne hébergée ne revient pas, celui qui a établi l’attestation d’accueil peut être inquiété et sanctionné par la préfecture à Mayotte.

Question : Vous exigez une assurance voyage à chaque bénéficiaire de visa. Selon vous, les assureurs sont-ils fiables, sont-ils honnêtes ? Ou sont-ils juste des assureurs fictifs, des imposteurs, qui ne sont même pas représentés à Mayotte et qui se font de l’argent sur le dos du petit Comorien ?

F.S. : Les assureurs ont des statuts. C’est aux responsables anjouanais de s’assurer que les ces derniers sont dans la légalité. Cependant, l’assurance voyage est vraiment fait pour le bien des gens. En cas d’accident, on est couvert. L’assurance peut couvrir le rapatriement pour Anjouan. C’est vraiment pour la protection de l’assuré. D’ailleurs au début, j’étais appelé à résoudre un simple problème mathématique. Et je me suis rendu compte que la traversée en kwassa (500 euros) coûte plus cher qu’un visa. Et suite à de nombreuses plaintes des bénéficiaires estimant que l’assurance et le transport sont chers, je suis allé voir en premier lieu les assureurs pour leur dire que leurs contrats sont chers. Certains ont compris. Et maintenant l’assurance coûte 50% moins cher. En second lieu, je suis allé voir les transporteurs, Comores Aviation y compris. Seul Maria Galanta a accepté de faire une réduction de 50% du tarif de ses billets pour les personnes munies d’un visa.

Question : Beaucoup de parents anjouanais partent à Mayotte à bord de kwassa-kwassa dans le seul but d’aller scolariser leurs enfants. Puisque, selon eux, l’éducation scolaire aux Comores laisse à désirer. Envisagez-vous de mettre en place une coopération qui porte beaucoup plus sur l’éducation ?

F.S. : Aux jeunes qui font des études à Mayotte, mais qui sont en situation illégale, je leur dis qu’il ne faut plus vivre dans la semi-clandestinité. Ces jeunes doivent régler leur situation. Ils doivent revenir à Anjouan pour faire un passeport. Et quand ils auront leur passeport, ils peuvent régulariser leur situation auprès de la préfecture à Mayotte. Moi ce que je peux faire, une fois qu’ils m’auront soumis un dossier de demande de visa, j’appellerai la préfecture, et au cas par cas, je demanderai la réglementation de leur séjour à Mayotte. Ces jeunes ont aussi des parents. Donc, je demande aussi à ces parents de ne plus rester dans la clandestinité. Il faut revenir faire un passeport et demander un visa. Qu’ils viennent en confiance. Parce qu’il y a des gens qui se présentent au consulat et qui nous racontent des histoires abracadabrantes.

Question : Beaucoup de Comoriens cherchent à entrer à Mayotte dans l’espoir d’aller se faire soigner. Y a-t-il une coopération entre Mayotte et les Comores indépendantes dans le domaine de la santé ?

F.S. : Quand un malade est admis à l’hôpital de Hombo et que les médecins se sont aperçus qu’ils ne peuvent pas le soigner, comme par exemple s’il demande une chirurgie importante, son dossier est transféré à un comité de médecins à Mayotte. Ce comité s’appelle Evasan (Evacuation sanitaire). Et après examen du dossier, une réponse favorable ou défavorable est donnée aux médecins d’Anjouan. En cas de réponse favorable, le malade est évacué à Mayotte et bénéficie du soutien du comité. Par contre si quelqu’un souffre d’une maladie qui peut se soigner à Anjouan mais qui veut tout de même partir à Mayotte, il n’a qu’à présenter un dossier de demande de visa et justifier ces ressources.
Question : L’Anjouanais vit avec moins de 25000 francs comoriens (50 euros) par mois. Beaucoup de gens sur l’île qui considèrent Mayotte comme un « eldorado » s’endettent pour avoir les frais de visa, d’assurance, du transport et un peu d’argent de poche pour subvenir à leur besoins une fois à Mayotte. D’ailleurs certaines personnes voient dans cette immigration une fuite de capitaux, une perte de devises, un appauvrissement du Comorien et de l’économie nationale au profit de l’économie française. Autrement dit, le petit Comorien fait du tourisme et l’eau va à la rivière. Que pensez-vous de cette remarque ?

F.S. : Ce n’est pas trop mon domaine. Toutefois au consulat on a ouvert un bureau qui s’appelle Co-développement. Si des personnes ont des projets, quelque soit le projet, elles peuvent venir nous le présenter. Nous les étudions et aidons à leur réalisation. D’ailleurs, il y a déjà des promoteurs qui verront bientôt leur projet mis en œuvre. Nous sommes actifs et ouverts à toutes propositions.

Questions : Et les passeurs ? Qu’envisagez-vous pour eux. Puisque la plupart d’entre eux, sont devenus passeurs malgré eux. Ils s’adonnent à cette activité seulement pour subvenir aux besoins de leur famille.

F.S. : Anjouan est un pays d’agriculture. Un pays très favorable à l’agriculture. De la bonne terre. Un bon climat. L’idée est d’aider à développer ce domaine. Le paysan de Nyumakélé produit 300 kg de pomme de terre. Et comme il vend sa récolte sur la route, il a du mal à l’écouler. Mon idée est de garantir que la production soit entièrement achetée. C’est à nous de l’acheminer à Mayotte pour permettre la vente de la totalité de la récolte. Le consommateur de Mayotte aura un produit moins cher et la paysan aura quant à lui vendu toute sa récolte. Comme le paysan n’est pas instruit, il lui sera difficile de vendre lui-même sa récolte. C’est la raison pour laquelle, nous allons le faire à sa place. D’ailleurs le SNAC [syndicat national des agriculteurs comoriens] a déjà tous les moyens pour accomplir cette tâche. Nous allons les accompagner. Et si la production atteint 100 kg, le Maria Galanta peut faire un tarif spécial pour le fret.

Question : Etes-vous optimiste pour ce que vous êtes en train de faire ? Croyez-vous que les traversées en kwassa-kwassa cesseront un jour ?

F.S. : Optimiste? Les résultats sont déjà là. Il y aura toujours des gens qui continueront à faire de trafic d’hommes. Il y aura toujours des gens qui auront de l’influence. C’est tout un système. Ils payent même les policiers de la région pour arriver à leurs fins.

Questions : Quels policiers ? Les policiers mahorais ?

F.S. : Non, des policiers anjouanais. Mais il ya aussi des Mahorais qui appartiennent à ces réseaux. Ils font venir des gens à Mayotte pour les faire travailler dans l’agriculture et la maçonnerie.
D’ailleurs la semaine dernière, on a arrêté un trafiquant. En effet, c’est facile d’influencer des personnes analphabètes et illettrées.

NB: L’interview date d’avril 2009. 

Communauté mahoraise de Marseille : le revers de l’Etat providence

Marseille. Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Dans une cité des Quartiers nord, des policiers encerclent des bâtiments, des jeunes profèrent des injures : l’atmosphère est tendue. Entre-temps, dans une cage d’escalier, un vieil homme houspille une bande d’adolescents : « C’est encore à cause de vos histoires de drogue, qu’ils sont là ». Cette cité réputée sensible est habitée par une importante population d’origine mahoraise. La population mahoraise en Hexagone est estimée à plus de 13 670 personnes, dont 44% ont moins de 20 ans. En 1999 l’INSEE avait recensé 2519 Mahorais à Marseille. Visite des lieux.

Mahoraises dansant une danse traditionnelle /crédit photo : Mouinate Mahamoud

Mahoraises dansant une danse traditionnelle /crédit photo : Mouinate Mahamoud

Haïra ,42 ans, est mère de 5 enfants. Originaire de Bandraboua, elle est arrivée en France hexagonale le 30 septembre 1997. Elle nous a accueillis dans son salon, une salle modeste où un voile à l’effigie de Mayotte est collé au mur. Des enfants d’à peine 10 ans jouent à la Playstation 3, un jeu de « baston ». A chaque fois que du sang couvre l’écran, ils rient à gorge déployée …

Timidement, Haïra nous soulève un pan de cette famille monoparentale : « La France d’avant n’est plus celle d’aujourd’hui. De nos jours, rien ne va. Avant, on bénéficiait, sans la moindre difficulté, de nombreuses aides sociales, pour payer le loyer, les factures, etc. Au moindre pépin, on avait l’aide d’une assistante sociale. Au jour d’aujourd’hui, on ne bénéficie presque de rien au niveau des aides. Moi personnellement, j’ai droit à 150 euros mensuels de la Caisse d’Allocations Familiales. Et mes enfants bénéficient de 800 euros d’allocations. Il y a aussi 800 euros qui sont versés directement au propriétaire pour le loyer. Croyez-vous qu’on peut vivre décemment avec 1000 euros dans ce pays où tout s’achète, où tout est cher ? Honnêtement on survit. D’ailleurs si le peu que je gagne ici je pouvais le gagner à Mayotte, je serais partie depuis longtemps ! » Néanmoins, Haïra nous a discrètement partagé un secret. Les 150 euros dont elle est bénéficiaire chaque mois, elle les épargne dans une tontine. Tradition oblige : elle est en train de construire petit à petit une maison pour sa fille à Mayotte. Sachant que la maison de la fille, comme l’hymen, est indispensable pour le mariage coutumier.

« Nos enfants ne veulent plus aller à l’école. Et puisqu’on a du mal à les entretenir financièrement, on a perdu toute autorité sur eux. Ils nous méprisent, ne veulent plus nous écouter, et sont tous tombés dans la délinquance. Nos filles sortent avec des petits voyous d’origine maghrébine, qui les font croire ostentatoirement qu’ils sont riches avec leur argent sale de la drogue. Pendant ce temps, beaucoup de nos garçons sont en prison pour trafic de drogue ou vol à la tire » rajoute Haïra.

Toujours dans le même immeuble. Sarah nous a accueillis chez elle. Née à Tsingoni en 1977, elle est mère de 4 enfants. Elle est arrivée en France en 2002. « Je n’ai pas de mari !» nous a-t-elle répondu vertement, quand on lui a demandé où était son mari. Au même moment, une voisine qui est venue quémander un aspirateur nous a fait un clin d’œil, histoire de nous signifier que le propos de notre interlocutrice n’était pas vrai. En effet, Sarah était persuadée que nous étions des agents de la Caisse d’Allocations Familiales, qui souvent débarquent à l’improviste chez les allocataires pour vérifier l’authenticité des demandes faites auprès de leur institution. Nous avons dû démontrer longuement nos bonnes intentions à Sarah pour qu’elle accepte de nous révéler qu’elle fait partie de ces Mahoraises qui ont recours à des moyens contournés pour avoir beaucoup plus d’aides sociales . « J’ai bel et bien un mari, avec qui j’ai contracté un mariage coutumier. On n’a pas déclaré notre mariage auprès des institutions étatiques. Puisque mon mari a un travail, gagne plus que le SMIC, sinon je n’allais pas avoir droit aux prestations sociales. Pour l’instant, je bénéficie du Revenu Solidarité Active (RSA), j’ai droit à la Couverture Maladie Universelle (CMU) et j’utilise le transport en commun gratuitement. On n’a pas aussi déclaré nos enfants, de toute façon ils sont français, je ne vois pas d’inconvénients. Et mon mari a loué une boite à lettres quelque part je ne sais où pour la réception de ses courriers. »

Délinquance et chômage vont croissant.

Haïdari, 42 ans, père de 3 enfants dont l’aîné a 21 ans, est responsable associatif. Il a émigré en 1998. Il nous raconte : « La délinquance gagne du terrain dans la communauté mahoraise, du moins celle de Marseille. La tranche d’âge comprise entre 12 et 25 ans est la plus concernée. Beaucoup de jeunes sont devenus dealers, et se font arrêter tout le temps. Parfois je me dis qu’on a affaire à une contagion. Il y a des mômes qui paraissent timides, bons élèves et du jour au lendemain ils finissent délinquants. En fait, ils se font influencer par les pairs. On a affaire à un phénomène de bande. Et comme le chômage est important dans notre communauté, les parents, eux aussi perdus dans un monde qui les échappent, ont dû mal à maîtriser leurs enfants. Le RSA ne suffit plus, et pour avoir l’ASSEDIC, l’assurance chômage, il faut d’abord avoir travaillé. Et il n’est pas facile de trouver un emploi de nos jours. Du coup tout est compliqué. Par contre, on avait monté une association pour remédier à tout ça. Mais il y a eu tellement de magouilles au sein de l’association qu’on a dû tout arrêter. De toute façon c’est le Conseil Général de Mayotte et la Maison de Mayotte en France hexagonale qui devraient s’impliquer, puisque cette jeunesse constitue socialement une bombe à retardement. Aujourd’hui ils sont ici, mais un jour ils vont rentrer à Mayotte et là il faut s’attendre à tout ».

D’après l’INSEE, dans la communauté mahoraise de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le taux de chômage des Mahorais est très élevé : 64 % contre 17 % pour l’ensemble des habitants de la région. Le chômage atteint 77 % chez les femmes mahoraises. Plus de la moitié des Mahorais sont inscrits à l’ANPE mais peinent à trouver un travail , puisqu’ils n’ont pas de diplôme et très peu sont allés au lycée.

Néanmoins, certains parents soucieux de l’avenir de leurs enfants, surtout lassés de survivre en France hexagonale, décident de retourner à Mayotte. Mais au bout de quelques mois, ils se sentent obligés de retourner en France. Fatima, mère de 5 enfants, fait partie de cette minorité. « On avait décidé de rentrer définitivement à Mayotte. Mais en l’espace de six mois, on a été dégoûté d’y rester. Mon mari ne trouvait pas de travail, sachant que le marché du travail là-bas est limité. On avait ouvert une petite épicerie, mais personne n’achetait. Au demeurant, je crois qu’on avait été marabouté par nos voisins. De toute façon, ils ne nous parlaient plus dernièrement. S’il y avait les minima sociaux comme ici, on serait resté. Mais il n’y a rien là-bas. »

Pour Rifka, une mère de trois enfants âgée de 26 ans, « c’est vrai les Mahorais viennent en France pour les prestations sociales. Mais une fois ici, ils se construisent leur petit monde, s’adaptent à la vie en Hexagone. J’en connais beaucoup qui pour rien au monde ne partiraient s’installer à Mayotte. Désormais pour eux leur vie est ici. Quand quelqu’un a grandi ici, a toute sa famille et ses amis ici, je me demande ce qu’il va chercher à Mayotte, à moins qu’il n’y aille que pour des vacances. Je crois que le mal est déjà fait. Ces aides sociales dont tout le monde rêve, auraient dû être accessibles à Mayotte depuis le début des années 1990, date à laquelle les Mahorais ont commencé à émigrer en masse à la Réunion. Maintenant, si cette arlésienne de minima sociaux, arlésienne puisque ça fait longtemps qu’on les attend en vain, arrive, il faut s’attendre juste à beaucoup de chômeurs et des analphabètes comme à la Réunion où beaucoup de jeunes ont quitté les bancs de l’école et refusent de travailler pour cause de prestations sociales. Rien de plus. La mythologie selon laquelle les Mahorais qui sont en France vont y retourner est à déconstruire. »

Enfin, la non intégration des Mahorais à la société de la terre d’installation crève les yeux. Déjà les parents et leurs enfants ne parlent pas la même langue et ne partagent pas les mêmes valeurs. Les enfants ne maîtrisent pas du tout le mahorais et leurs parents pratiquent mal le français. Du coup, le courant ne passe pas. Autre fait marquant, les repas ne se prennent pas en famille. Et à l’heure des repas, la télévision, les jeux vidéo et la chaîne stéréo remplacent les conversations. Pour ce qui est des valeurs, les parents ont démissionné de leur rôle d’éducateurs, tellement ils sont tourmentés par leurs soucis de chômeurs ou d’ouvriers payés au rabais. Du coup les enfants n’ont pas de repères : ni Mahorais par la religion musulmane ni par la langue et ni par la culture des parents ni Français par les valeurs républicaines transmises par l’école, une école dont, certains, à 16 ans se font exclure car non obligatoire/facultative. Par conséquent, certains enfants perdent à 16-18 ans les aides sociales. A Marseille, le nombre de ménages mahorais est de 1 293. Le nombre de personnes par ménage est en moyenne de 4,1 personnes. Plus de 28 % de ces ménages sont composés de 6 personnes ou plus contre seulement 14 % comprenant plus de quatre enfants de moins de 18 ans. Enfin, les parents qu’on a eu à rencontrer avaient au minimum 3 enfants, comme si plus d’enfants signifiait plus de prestations sociales. Conscients que c’est grâce à eux que l’Etat verse à leurs parents des prestations sociales, les enfants considèrent peu l’autorité parentale. Et du moment où ils perdent les droits sociaux, ces enfants préfèrent la rue au foyer familial.

Etudiants mahorais en Hexagone, AUTOPSIE D’UN ÉCHEC

Les Mahorais qui étudient en Hexagone dans le supérieur sont estimés à 2 200. Les uns s’orientent vers des études courtes, les autres, peu nombreux, font des études longues. Néanmoins, il n’y a que 16 % des primo étudiants qui parviennent en 2èmeannée à l’Université : un taux de réussite très faible, comparé au taux national qui avoisine les 50%. Aussi, 18 % mettent-ils fin à leurs études dès la première année contre une moyenne de 6% en Hexagone. Cette situation alarmante a fait couler beaucoup d’encre et de salive, mais jamais une réponse appropriée n’a été apportée à ce problème qui hypothèque l’avenir du nouveau département. Des étudiants ont accepté de décortiquer ce problème avec nous, ils se prénomment Bensoumeitte Diva Toybou, étudiant à l’Institut National des Sciences Appliquées de Rennes, Ibrahim Assane , étudiant en Lettres Arabes à Aix-Marseille Université, Radhuya Saïd , étudiante en seconde année de BTS Science Technologie des Aliments à Limoges , Ali Amir , doctorant en Droit et chargé de Travaux dirigés à l’Université Paul-Cézanne d’Aix-en-Provence et, enfin, Fahoullia Mohamadi, doctorante en Chimie à l’Université de Perpignan . A l’ombre des statistiques et des discours politiciens, ces derniers se livrent.

Bensoumeitte Diva Toybou / Rennes

Limoges, vendredi 23 mars. Entre deux arrêts de bus, Radhuya Saïd, née à Labatoire il y a 22 ans et étudiante en seconde année de BTS Science Technologie des Aliments, nous confie : « Je suis arrivée en Hexagone en 2009 pour faire des études de sociologie. Une filière que j’ai dû abandonner au bout d’une année en raison de difficultés d’ordre pédagogique. Déjà mon Bac STG Communication n’était pas adapté à la filière que je faisais et surtout mon niveau de français n’était pas bon pour pouvoir me frayer un chemin à la faculté. Je ne suis pas la seule dans ce cas, comme à Mayotte on ne parle pas français entre nous dans les foyers, le niveau de langue laisse à désirer. Du coup, je n’ai pas pu valider mon premier semestre, Le second, je l’ai réussi mais difficilement. Suite à cet échec, j’ai décidé de faire un BTS Science Technologie des Aliments. Et depuis, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. »

Né à Kaweni il y a vingt ans, Bensoumeitte Diva Toybou est arrivé en Hexagone en aout 2010. Il est titulaire d’un Bac S option Mathématiques. Rencontré à Rennes où il est en 1ère année dans une école d’Ingénieur connue sous le nom d’INSA, il nous raconte : « J’ai fait une année de Prépa PCSI (Physique, Chimie et Sciences de l’Ingénieur), que j’ai validé tant bien que mal. Donc j’ai changé pour faire une 1ère année à l’INSA de Rennes. J’ai remarqué que le système de prépa classique qui est en vigueur dans la première école où j’étais n’est pas adapté aux étudiants mahorais désireux de faire un cursus d’Ingénieur. Par contre, le système de ma nouvelle école est beaucoup plus souple, il est à la portée des étudiants mahorais. En fait, à Mayotte le niveau de français en particulier et le niveau scolaire en général sont défaillants. Je faisais partie des meilleurs de ma classe et même du lycée Younoussa Bamana. Ici, je me sens perdu, parce que je me rends compte que je ne suis pas du tout à la hauteur des attentes des professeurs, et pour que je réussisse, je suis obligé de redoubler d’efforts. Pourtant un de mes anciens professeurs de mathématiques au lycée m’avait prévenu qu’à Mayotte les professeurs s’adaptent aux élèves en fonction de leur niveau scolaire et de leur tempérament. Ils favorisent le travail collectif afin que tout le monde avance ensemble presque au même rythme… Donc je ne devais pas dormir sur mes lauriers m’avait-il conseillé. Mais comme j’étais trop sûr de moi et de mes compétences, je m’étais dit qu’avec mon niveau scolaire de Mayotte je pouvais tout surmonter en Hexagone. Hélas, en arrivant ici, je me suis vite rendu compte que mon professeur avait raison. Les professeurs en Hexagone sont très stricts et rigides, ils ont un programme à finir dans un temps donné et privilégient surtout le travail individuel. A Mayotte, on se contente des cours donnés à l’école et on ne révise qu’à la veille des examens. Ici, au contraire, il faut un grand apport en matière de travail personnel pour combler les lacunes, du coup il faut beaucoup lire, faire des recherches sur Internet, en somme, travailler de manière intensive. » En effet, le psychologue et pédagogue Rosenthal soutient à travers ce qu’il a appelé « l’effet Pygmalion » qu’on peut influencer l’évolution d’un élève en émettant une hypothèse positive sur son devenir scolaire. Ainsi des étudiants à qui on avait fait croire à Mayotte qu’ils étaient géniaux et qui avaient fini par le croire tombent des nues quand ils se retrouvent avec des notes en dessous de la moyenne à l’université.

Adaptation des étudiants à la vie hexagonale

Beaucoup amputent l’échec des étudiants mahorais en Hexagone aux us et coutumes locaux. Certains condescendant et adoptant une position de relativisme culturel, considèrent l’étudiant mahorais comme un être fermé sur lui-même, qui, à cause de son ethnocentrisme , refuse d’aller vers autrui. Ainsi lit-on dans un rapport du Conseil Général de Mayotte en date de février 2008 : « Le jeune Mahorais a la fâcheuse réputation de s’enfermer sur lui-même et de ne côtoyer que les personnes da sa communauté. Ce manque d’ouverture de l’étudiant dans son lieu d’études l’empêche d’aller vers l’Autre, n’ayant pas les mêmes référents culturels que lui. Cet état d’esprit est renforcé par la logique villageoise, donc familiale, prédominante à Mayotte. » Cet argument est court compte tenu du fait qu’en Hexagone les jeunes mahorais entretiennent des liens très étroits [voire des relations amoureuses] avec des jeunes d’autres communautés, notamment européennes , sub-sahariennes et nord-africaines. Par ailleurs, une vérité est manifeste : un tiers des étudiants mahorais s’installe dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, notamment à Marseille où il y a une très forte population mahoraise. Une autre partie qui n’est pas moindre s’établit en Ile-de-France où la population mahoraise est aussi importante. Limoges est une ville où il y a autant d’étudiants mahorais que de familles mahoraises. « Les 460euros de bourse que me verse le CROUS ne sont pas suffisants pour me payer un studio. Ma tante et mon oncle m’ont donc proposé de vivre chez eux. » nous dit Radhuya Saïd. Enfin, il est à souligner que beaucoup d’étudiants étrangers en France, notamment asiatiques, américains et africains vivent en communauté, que ce soit dans la vie réelle ou que ce soit sur internet à travers les réseaux sociaux. Pourtant ils s’en sortent sans difficulté à l’université, parce que décidés à aller au bout de leur motivation.

« Certes dans ce pays, l’anonymat prime, la solitude prévaut, l’individualisme est roi, on est en permanence seul au monde. On peut crever dans une foule de gens, personne ne viendra à notre secours. Mais ce n’est pas la raison de l’échec des étudiants mahorais. La raison, selon moi, est le manque de persévérance des étudiants. A Mayotte, ce sont les parents qui font tout que ce soit les affaires administratives que ce soit les affaires familiales. Plus les familles se modernisent, plus les parents donnent de la valeur à leurs enfants : ils les traitent comme des petits princes. Du coup, arrivés en Hexagone, les étudiants mahorais se sentent abandonnés à eux-mêmes. N’ayant pas la culture administrative, ils ont du mal à régler leur problème administratifs ou le moindre pépin : un retard de versement de bourse et ils paniquent. Défaitistes, au moindre échec à l’Université, ils abandonnent les études ou ils optent pour des études courtes. Moi je suis né à Moya, sur l’île d’Anjouan. J’ai commencé ma scolarité à Mayotte. Depuis tout petit j’ai appris à me débrouiller tout seul, à ne jamais baisser les bras malgré la dureté de la vie, et venant d’une famille très pauvre, je me suis toujours dit que je n’avais pas droit à l’erreur, et je me suis fixé la réussite scolaire comme unique but. Cette année, je suis en Master de lettres arabes à Aix-Marseille Université. Honnêtement j’ai connu péripéties. Je suis tout le temps endetté, parce que le CROUS verse tardivement les 500 euros de bourse. Pourtant je n’ai jamais lâché prise, je distribue chaque matin des journaux pour pouvoir arrondir mes fins de mois » nous apprend Ibrahim Hassane, âgé de 24 ans, et originaire de Labattoire. « Depuis Mayotte les étudiants considèrent l’Hexagone comme un eldorado, ce qui brouille complètement la vision des jeunes et du coup les pousse à faire n’importe quoi une fois sur place. Sinon ,certains viennent ici pour de mauvaises raisons. En ce qui concerne l’éloignement familial, il ne se ressent qu’après de grosses difficultés scolaires, quand on se rend compte qu’on n’a pas d’épaule pour pleurer. Et cet éloignement restreint alors la motivation et annihile complètement l’envie d’intégration ici et réduit à zéro toute envie de remonter la pente. » insiste Bensoumeitte Diva Toybou.

Pour Fahoullia Mohamadi, doctorante en Chimie à l’Université de Perpignan « Les difficultés ont été présentes mais grâce à l’aide et le soutien de ma mère j’ai pu m’en sortir. J’ai également connu des difficultés pédagogiques la première année en Hexagone, mais j’ai persévéré et j’ai travaillé plus dur encore pour réussir. La réussite dans les études dépend souvent du facteur « motivation » : en effet c’est celui qui sera le plus persévérant, bosseur, et ambitieux qui se distinguera. Il ne suffit pas d’être intelligent, il faut aussi le vouloir et être motivé, avoir un objectif et s’y investir. Malheureusement pour beaucoup les problèmes financiers, d’adaptation et autres auront eu raison de leur motivation. »

La DASU est-elle responsable de l’échec des étudiants mahorais ?

La DASU (Division des affaires scolaires et universitaires) est une institution du Conseil Général de Mayotte. Elle a pour but d’accompagner les étudiants mahorais en les octroyant des prestations sociales, c’est-à-dire, des versements d’argent. Néanmoins, certains étudiants se plaignent que les prestations arrivent tardivement, d’autres affirment que la DASU n’a jamais respecté l’engagement de verser leurs bourses. « J’ai envoyé toutes les pièces nécessaires pour avoir droit à la bourse de la DASU. Et on m’a répondu par l’affirmatif. Mais depuis que je suis arrivée en Hexagone, jamais ils ont tenu leur engagement. », nous a appris Radhuya Saïd. « D’ailleurs, si j’avais cette bourse j’aurais fait des études longues. Parce que, si j’ai arrêté la faculté c’est pour raisons pécuniaires. » rajoute Radhuya . «Je perçois 82,4 euros de la DASU et 160€ du CROUS. Le CROUS a toujours respecté son engagement, mais la DASU ,je ne sais pour quelle raison , a souvent du retard. Vous savez que ça nous arrive d’envoyer 5 voire 10 fois le même document à la DASU et ,enfin de compte , on nous dit que ce même document manque à notre dossier. On ne comprend pas comment cela puisse être possible alors qu’on multiplie les communications téléphoniques à Mayotte et surtout que les documents sont remis en main propre par nos parents aux agents de la DASU. De toute façon, on m’a dit à mon arrivée en Hexagone de ne pas trop compter sur la bourse de la DASU! », confie Bensoumeitte Diva Toybou. «Heureusement pour moi , je fais partie des chanceux qui ont des parents qui ont fait des études et qui peuvent envoyer de l’argent tous les mois » conclut Bensoumeitte, dont le père est professeur au lycée Younoussa Bamana et la mère, conseillère pédagogique. « Depuis toujours ma mère nous a poussé mes sœurs et moi à travailler à l’école et avoir de bonne notes. Elle a beaucoup investi financièrement dans du matériel pédagogiques et dans nos études en général. Mes grandes sœurs ont fait de longues études. C’est également un exemple pour moi et une motivation. J’ai fait des études car je suis curieuse : plus j’en apprends, plus je veux en savoir. Je suis vraiment passionnée pas les énigmes de la vie et c’est au fur et à mesure que mon parcours s’est construit. En somme, c’est surtout grâce à l’aide et au soutien de ma mère que j’ai pu m’en sortir. En ce qui concerne la DASU , elle a toujours assuré ses prestations mais ces dernières étaient irrégulières . Or l’étudiant doit s’acquitter de certains règlements financiers à des dates régulières (loyer, factures, transports). Le retard apportait donc des disfonctionnement à ces niveaux. Et si l’étudiant n’est pas dans de bonnes conditions mentales car trop préoccupé par des problèmes financiers, son travail et sa concentration en sont directement affectés. Je pense que beaucoup ont arrêté pour travailler et subvenir aux besoins vitaux et primaires, mais encore une fois c’est au cas par cas. Il y en a qui se tournent vers des études courtes notamment le BTS puisqu’il conduit le plus souvent à un métier, ce qui peut être une motivation et un très bon argument quand on a peu de moyens. Mais je ne crois pas que le fort taux d’échec soit uniquement lié au problème du retard de prestations de la part de la DASU . » affirme Fahoullia Mohamadi.

Pour Ali Amir, natif de Passamainty, chargé de travaux dirigés en Droit civil à l’Université Paul-Cézanne : « le fait que la DASU fasse des promesses et ne les tienne pas est une chose, mais ce n’est pas une raison pour amputer toutes les responsabilités à la DASU. Je prends l’exemple des étudiants africains qui sont inscrits dans les Universités françaises : beaucoup arrivent sur le territoire sans connaître personne. Ils sont obligés de travailler pour financer leurs études, payer leur logement et se nourrir. Pourtant , ils s’en sortent sans difficulté dans leurs études. D’ailleurs, c’est grâce à eux que le taux de thésards est en hausse en France. Par contre, les étudiants mahorais bénéficient de tous les avantages pour réussir sans ambages leur cursus universitaire. Ils ont droit à un logement en résidence universitaire, et ils perçoivent la bourse du CROUS, sans compter celle de la DASU. Certes cette dernière arrive en retard, mais bon ! »

Pour conclure , la défaillance du système scolaire à Mayotte est la principale cause du taux élevé d’échecs des étudiants mahorais en Hexagone. Les chiffres sont là pour le confirmer :seulement 20% des élèves du CM2 ont des acquis convenables. Et ces 20% sont des enfants issus des milieux favorisés. Notons qu’il n’y a que la moitié des élèves scolarisés à Mayotte qui atteint la 6e . Et seulement 15 % d’une tranche d’âge qui arrive au bac. En outre, le fait que les élèves mahorais n’ont pas l’habitude de la lecture est problématique , puisque par manque de lecture , on a du mal à déterminer le contexte d’utilisation d’une expression . Par conséquent , les étudiants mahorais confondent les registres de langues , certains utilisent le registre pour s’exprimer par écrit à l’Université . Et comme la documentation est importante à l’université , si on a pas l’habitude de la lecture , on ne peut pas s’en sortir . Quand bien même le système scolaire à Mayotte est de toute évidence lacunaire, certains Mahorais parviennent à mener leurs études de front. Il y a donc aussi une question de motivation personnelle qui est en jeu.

Des diplômés petits commerçants au marché de Volo volo

Moroni, jeudi 12 juin 2008 (No Man’s Land) – Ils sont nombreux, pas moins d’une centaine, mais discrets ; ces jeunes diplômés, venus des différentes îles de l’Union des Comores, qui s’improvisent petits commerçants au marché de Volo Volo. Ils se prénomment Zaïdou, Saïd Ali, Maira, Ali Saïd Aboudou, etc. De la patience, ils n’en ont plus. De la frustration, ils en ont à revendre. Seul ce secteur informel, ce petit commerce, reste le recours de ces laissés-pour-compte. A l’ombre des marchands d’illusions, les vendeurs du désespoir se livrent. Reportage !

Kuni

Au marché de Volo Volo plus de cent petits commerçants sont diplômés. Les uns ont fait leurs études à l’étranger, à Madagascar surtout, les autres, la plus grande partie, sont issus des deux universités du pays, Mvouni et Patsy. Saïd Ali, âgé de 37 ans, a une Maîtrise de Géographie, dispensée par l’Université malgache de Tuléar. Ce père de famille, originaire de M’ramani, au sud de l’île d’Anjouan, est rentré au pays en 2004.

Dans l’espoir d’être recruté par l’île autonome d’Anjouan, il a été bénévole pendant six mois au Lycée de Louara, dans la presqu’île des Nyumakélé. En fait, il a dû tout arrêter parce qu’il ne pouvait plus payer ses frais de transports. A son arrivée à Moroni, en mai 2005, il a d’abord enseigné dans des écoles privées. Comme il était payé au rabais et avait plusieurs mois d’arriérés de salaires, il a fallu qu’il renonce. Encore une fois. Ne pouvant plus attendre une suite de sa demande d’emploi au ministère de l’Education Nationale, il s’est alors décidé à devenir petit commerçant au marché de Volo Volo.

Depuis, grâce au soutien de gros commerçants de la ville, il est là, devant le siège de la société d’eau et d’électricité (Ma-Mwé), en train de vendre des chaussures. « J’ai commencé à faire ce travail depuis l’âge de 20 ans, à Mayotte. Mais à cette époque, pendant mes années de collège et lycée, c’était pour pouvoir m’acheter des cahiers, des stylos et des vêtements. Maintenant, collaborer avec des gros commerçants est devenu ma seule issue. Je vends ici pour subvenir aux besoins de ma petite famille » confie Saïd Ali.

Loutfi, vendeur de vêtements, a lui aussi fait cinq ans à Madagascar- dommage qu’il n’ait pas répondu à nos questions. Parmi les bouchers de Volo Volo, des diplômés, il y en a plein. Ali Saïd Aboudou dit Victor en fait partie. Du village de Bandramadji la Mbadjini, il est titulaire d’une licence en Hôtellerie. Ayant travaillé, après son retour de Madagascar, pendant onze ans à l’Hôtel Galawa Beach jusqu’à sa fermeture en 2001, il a déposé plusieurs dossiers sur le marché du travail. Vainement.

Aujourd’hui, au côté de son ami Youssouf Madi Soilih, titulaire d’un DUT de l’Université des Comores – initiateur du Syndicat des Détaillants de Viande de Volo Volo (SDVV)- il nous a promis : « Je vais faire le plus d’économie possible. Après je vais me lancer dans une grande affaire. » Zaïdou Ben Daoud, 32 ans, originaire de Tsémbehou, qui ne se lasse jamais de traîner sa brouette pleine de tomates, nous a lancé, d’un air moqueur, dès qu’ils nous a vu : « J’ai un BTS en communication. Depuis 2005 que j’ai déposé un dossier à l’ORTC ( Office de la Radio et Télévision des Comores) , je n’ai toujours pas eu de réponse. Pourtant ma mère son rêve a toujours été de me voir devenir fonctionnaire. »
Ce qui est sûr, ces jeunes, que personne n’en parle, qui sombrent dans l’indifférence de l’Etat, ont tous des rêves brisés. Des rêves qui, se transformant en cauchemars, finissent par les rendre tous des desperados, comme tous ces jeunes diplômés dans l’espoir d’une vie meilleure ont péri dans la mer de Mayotte : où les plus chanceux, creusent des fossés ou deviennent taximen au noir.

Assade Moussa a lui un DEA en Physique Nucléaire. Il est rentré au pays depuis 2005. Jamais il n’a pu se trouver un job. Reprenant la phrase de Saïd Ali Bourhane, titulaire d’une licence en Biologie végétale de l’Université de Tananarive, « Toutes ces années de travail pour rien. »


Pendant ce temps que fait l’Etat ?

« L’Etat est pris dans l’engrenage. Il est obligé de scolariser les élèves, de plus en plus jeunes, de plus en plus nombreux. Et quand ils sont scolarisés, il les abandonne » déplore l’écrivain Aboubacar Saïd Salim. Abandonnés, sont sûrement ces jeunes diplômés, d’un pays selon Aboubacar Saïd Salim« on a éduqué depuis plusieurs générations les gens à devenir fonctionnaires ». 57, 4% de la population des Comores a moins de 20 ans, le taux net de scolarisation des 6-11 ans est de 60, 6%, mais le taux de chômage est de 14, 3%. Il est à rappeler ici qu’on dit chômeur toute personne à la recherche d’un emploi, sinon qui a postulé pour un emploi, et aux Comores rare sont les jeunes qui postulent sur le marché du travail ces derniers temps.

Après un tour à la Fonction Publique, un des responsables nous a mis dans la confidence : « Depuis 2006, à l’arrivée du président Sambi, on ne recrute plus à cause d’une masse salariale devenue insupportable. Toutefois, il y a eu une vingtaine de nouveaux recrus – qui n’ont subi aucun concours comme le suggère la loi -depuis le début de son mandat. Et c’est lui-même qui l’a dit lors d’un discours officiel. En tout cas, chaque jour il y a des nominations de gens qui ne sont pas fonctionnaires. D’ailleurs, s’ils l’étaient, ils auront, en plus de leurs salaires, perçu que des indemnités ; au lieu de ces salaires aux chiffres astronomiques. » Les Comores subissent discrètement depuis quelques années un plan d’ajustement structurel. Apparue vers 1980 , l’expression « ajustement structurel » est du FMI ( Fonds Monétaire International) . D’après cet organisme , pour développer un Etat déficitaire , il faut le dégraisser , réduire ses dépenses , privatiser les secteurs productifs , en l’occurrence ( aux Comores) , la société des hydrocarbures , les sociétés des entreprises de manutention maritime , la société des eaux et électricité etc… Toutefois , ce sont les effets à court terme des plans d’ajustement structurel que connaissent les Comores depuis , à savoir la hausse du chômage, inflation , et aggravation de la misère .

Selon toujours l’écrivain Aboubacar Saïd Salim, qui est secrétaire général à l’Assemblée nationale, « comme la filière vanille est morte, l’Etat doit créer une structure d’accueil des étudiants qui viennent d’être formés, encourager la création d’entreprises et d’une Ecole Nationale d’Administration ».

Et en parlant de ces jeunes diplômés « désoeuvrés » de Volo Volo dont « aucun recensement n’a été fait », d’après lui, « l’Etat doit, comme ces jeunes travailleurs se regroupent déjà, se cotisent pour envoyer quelqu’un à l’étranger [Dubai, Des-Es-Salam, etc.], leur construire un central d’achat, pour pouvoir améliorer leurs circuits de distribution par des points de ventes ». En tout cas , la créativité endogène nécessaire pour le développement d’un pays est belle et bien là , on le voit avec ces jeunes qui ont la fureur de vaincre … En fait la créativité endogène , sans relent de paternalisme , veut dire compter sur sa propre force et ses propres capacités pour résoudre ses problèmes . Cela dit ces jeunes n’attendent qu’un coup de main de l’Etat pour aller de l’avant.

En effet, le développement social, peu rentable par rapport au développement économique, mobilise moins les bailleurs de fonds, mais cela ne veut pas dire que les Comores qui ont participé au sommet social de Copenhague en 1995 doivent tout ignorer de ce qui a été convenu par les pays membres de l’ONU : « Les gens d’abord ». Et sans donner du travail à ces 2000 nouveaux jeunes cadres qui arrivent chaque année sur le marché de l’emploi, comment notre pays saura-t-il atteindre les objectifs du millénaire pour le développement (OMD) pour espérer réduire la pauvreté et relancer la croissance économique, à l’horizon 2015.

A mi-chemin de son mandat, le président Ahmed Abdallah Sambi est confronté à un défi majeur, qui fait partie des trois grands chantiers de son programme qu’il s’est engagé de réaliser. Les seuls beaux discours ne suffiront plus à calmer le désarroi légitime de toute une génération qui avait placé en lui tous ses espoirs.